ITALIE: Le Décès De Venise

venise
Reading Time: 4 minutes

Beaucoup d’entre vous, comme moi, sont coupables. Nous sommes coupables d’avoir visité une ville malade mais belle. Nous avons été au chevet d’une patiente mourante et n’avons rien fait pour la guérir de sa maladie. Elle s’éloigne lentement, sans bruit, acceptant que son destin soit scellé. Elle répond au nom de Venise et reste, malgré ses maux, une très belle dame.

Alors que je contemplai le couché du soleil, à deux pas de la piazza San Marco, un sentiment de satisfaction me gagna. De toutes les merveilles du monde que nous avons la chance d’avoir, Venise est le seul endroit que j’ai toujours rêvé de visiter. Mon rêve s’est réalisé il y a trois ans.

Il est difficile de dire ce qui rend Venise un endroit si spécial. Cela a sûrement quelque chose à voir avec l’eau qui fait partie de l’âme de la ville. Le pouvoir attractif de l’eau, dont la présence même, condamnera la ville à mort.

La plus haute « bonté » est comme l’eau.

La « bonté » de l’eau consiste en ce qu’elle porte avantage aux dix mille êtres sans lutter.

Elle reste à la place (la plus basse) que tout homme déteste.

Voilà pourquoi elle est toute proche de la Voie.

On considère bon pour la demeure, le lieu (favorable) ; 

bonne pour le cœur, la profondeur ; 

bonne pour les rapports sociaux, l’humanité ; 

bonne pour la parole, la bonne foi ; 

bon pour le gouvernement, l’ordre ; bonne pour le service, la capacité ;
bon pour l’action, de saisir le moment favorable.

En vérité, c’est précisément parce qu’on ne lutte pas qu’on peut éviter le blâme.

Tao Te Ching – Passage # 8

Les terribles inondations qui ont eu lieu – les pires depuis plus de cinquante ans – ne doivent pas nous faire oublier que la belle dame s’enfonce de 1 à 4 mm par an. Elle plonge sous le poids de sa propre histoire et sous les pieds lourds des touristes grossiers. Ses eaux calmes sont déplacées par de gigantesques navires de croisière, remplis de passagers qui n’ont rien d’autre à faire que de détruire le monde avec leur fric. Que peuvent faire les eaux déplacées sinon éroder les fondations sous-marines sur lesquelles reposent les bâtiments historiques de Venise?

Nous sommes des millions à avoir meurtri sa peau avec nos chaussures sales et lui couper le souffle avec notre propre respiration. Venise est en train de mourir et on s’en fiche. Venise est morte, Longue vie à Venise – j’ai capturé l’image d’une âme mourante sur mon téléphone portable, alors pourquoi me faire du souci! Tout comme Notre-Dame, j’ai visité Venise juste à temps. Leurs décès sont symptomatiques d’une épidémie mortelle qui n’affecte que les plus belles dames de ce monde.

Mais que font les Italiens à ce sujet? C’est leur ville, après tout. Les Italiens font ce que les Italiens font de mieux: ils corrompent tous leurs rêves et toutes leurs promesses. Ils devraient aider Venise – une ville souffrant de sous-population, de tourisme excessif et de fondations qui s’éfondrent. Au lieu d’agir, les politiciens italiens et les grandes entreprises s’aident eux-mêmes en s’en mettant plein les poches. En 2003, les vénitiens ont lancé un projet de plusieurs milliards d’euros visant à protéger leur ville d’une telle catastrophe. Le projet, baptisé MOSE (module électromécanique expérimental) et dirigé par le Consorzio Venezia Nuova (Nouveau Consortium de Venise), a fait l’objet de retards répétés et a été truffé de scandales de corruption. L’objectif du projet était de construire les premières vannes submersibles au monde permettant de séparer la lagune de la mer adriatique lors des marées hautes d’acqua alta.

En 2014, le maire de Venise, Giorgio Orsoni, figurait parmi les nombreuses personnes arrêtées pour suspicion de corruption et de blanchiment d’argent.

Au lieu de masquer ce travail inutile et dommageable, nous pourrions ériger une pierre tombale dans les trois accès du port avec les noms de tous les politiciens, techniciens et entreprises qui ont approuvé cet exemple extrême de criminalité et de corruption… – Ambiente Venezia

Le consortium est toujours actif mais sous la supervision de Rome – une ville où la corruption est inexistante, bien sûr. À ce jour, le projet a coûté beaucoup plus que l’estimation initiale et a fait l’objet de multiples dysfonctionnements, notamment l’oxydation des principaux composants sous-marins,10 ans seulement après leur installation. Le consortium, qui avait prévu la mise en marche des digues en 2011, estime désormais que les travaux seront terminés en 2020 et peut-être opérationnels en 2021, après les essais.

Les Néerlandais ont appris à leurs dépens les effets maléfiques d’une eau déferlante. En 1953, une tempête durant 20 heures consécutives, a provoqué de graves inondations. Le niveau des eaux de la mer du Nord avait atteint une hauteur de 4,20 mètres au-dessus de zéro. Plus de 150 000 hectares ont été inondés et près de 2000 personnes ont perdu la vie. En 20 ans, un plan Delta a été mis en place dans le but de bloquer tous les estuaires de la mer du Nord. Les Delta Werken (Travaux du delta), système qui utilise du béton garanti 200 ans et des portes en acier de 45 mètres de large, protègent la province du Zeeland et réduit le risque d’inondation à moins d’une fois tous les 4000 ans.

Le problème fondamental de Venise est que c’est une ville dotée de beauté, de culture et de classe. Mais c’est une ville qui dépend du commerce touristique pour sa survie même. Le projet de facturer 10 euros pour les excursionnistes n’aura aucune incidence sur le nombre de touristes visitant la lagune – plus de 20 millions par an. La belle dame aura toujours l’attention qu’elle recherche. La question cruciale est de savoir si elle est disposée à accepter de payer le prix de sa popularité.

Alors que je profitais du chaud soleil vénitien à bord d’un bateau-taxi, j’ai pris une photo d’un navire de croisière hollandais qui pourrait détruire Venise sans l’aide de personne. J’ai pensé que le bateau faisait certainement partie du problème auquel font face les vénitiens, mais le pays auquel le navire appartient aurait pu faire partie de la solution si les Italiens n’étaient autre que des Italiens. Au lieu de déverser des milliers de touristes dans une ville plus que délicate, les néerlandais auraient pu envoyer deux ingénieurs à vélo pour aider les vénitiens à protéger leur trésor et à sauver leur âme.