MONDE – Les États-fusils d’Amérique

American

L’Amérique est un pays violent et la disponibilité généralisée des armes à feu est juste un symptôme de cette violence inhérente.

 

L’Amérique ne doit plus être un pays où tout est permis, où il n’y a pas de limites et où les valeurs morales se plient aux considérations financières et à l’influence politique.

 

Haily Jordan, une lycéenne américaine, a défendu le libre accès aux armes à feu aux États-Unis. Son principal argument est que,

 

[…] le contrôle des armes à feu enfreint le deuxième Amendement, ne résout pas le problème de la violence et porte atteinte à la liberté des citoyens américains de posséder des armes pour la chasse et le sport.

 

Ses arguments sont les seuls que les opposants au contrôle des armes à feu uitlisent et je la défie de défendre sa position devant les familles des victimes des dernières fusillades. 

Faisant référence à l’interdiction des armes à feu dans les locaux de l’école en Californie, elle aggrave la position déjà illogique dans laquelle elle s’est placée en déclarant,

 

Cette loi sur le contrôle des armes à feu a une incidence directe sur les étudiants du secondaire, car il est très difficile, voire impossible, pour les écoles secondaires de former une équipe de ball trap. Étant donné que cette loi n’autorise pas les écoles à organiser des séances d’entraînement sur le campus, les écoles sont obligées de trouver un endroit où pratiquer ou ne proposent pas de ball trap.

 

Le deuxième Amendement qui stipule que “le droit du peuple à garder et à porter les armes ne doit pas être enfreint,” constitue le fondement de l’argument avancé par les opposants à un changement radical des lois sur le contrôle des armes à feu. Ce concept est également défendu par Donald Trump, qui assure régulièrement le peuple américain que le deuxième Amendement a un avenir assuré. L’amendement stipule que,

 

Une milice bien réglementée, nécessaire à la sécurité d’un État libre, au droit des peuples à garder et à porter les armes, ne sera pas enfreint.

 

Personne ne peut défendre un projet de loi rédigé il y a plusieurs siècles, alors que la technologie des armes à feu était loin de ce qu’elle est aujourd’hui. L’amendement fait allusion à “une milice bien réglementée”, équipée de mousquets au lieu de fusils d’assaut, et même les mousquets n’étaient pas disponibles dans votre magasin de proximité.

Mais le problème des armes à feu en Amérique n’est pas entièrement dû à la disponibilité généralisée des armes de haute technologie. Il s’agit plus de changer la mentalité américaine qui est encore profondément ancrée dans le pays des cow-boys et n’a pas acquis la sagesse culturelle. S’il est vrai que l’indignation du public se manifeste chaque fois qu’il y a des tirs en masse, c’est la seule fois où les lobbys anti-armes se font entendre, pour être ensuite maîtrisés jusqu’à la prochaine fois par des lobbys plus que puissants. Plus ils sont entendus lors des fusillades, plus ils sont silencieux par la suite.

Ce ne sont pas seulement les lobbys défendant les armes à feu qui doivent être vaincus par des hommes politiques courageux et des personnes véhémentes. Tout le mode de vie américain, le rêve américain, doit être revisité et réévalué. L’Amérique ne doit plus être un pays où tout est permis, où il n’y a pas de limites et où les valeurs morales se plient aux considérations financières et à l’influence politique.

L’Amérique est un pays violent et la disponibilité généralisée des armes à feu est juste un symptôme de cette violence inhérente. Les armes peuvent être disponibles, mais les gens doivent être là, prêts à les acheter et les utiliser. Éliminez cette volonté et vous guérirez de la maladie malgré le fait qu’il y aura toujours le solitaire qui trouvera à tout prix le moyen d’obtenir une arme. 

L’État du Minnesota est un État américain qui démontre l’acceptation par les Américains de la violence potentielle. Le Minnesota est un État qui applique la loi de la doctrine du château,” ce qui signifie que vous êtes parfaitement justifié d’utiliser une arme si vous vous sentez menacé ou pour empêcher un délit prenant place dans votre maison ou votre voiture. 

 

Le Minnesota est un État “Castle Doctrine” [une loi] qui s’applique lorsqu’une personne résiste ou prévient une infraction qu’elle croit raisonnablement exposer la personne ou une autre personne à de graves lésions corporelles ou la mort, ou pour empêcher la perpétration d’un crime dans son lieu de résidence. Il n’ya pas d’obligation de retraite avant d’utiliser une force meurtrière pour empêcher un crime de se rendre dans son lieu de résidence ou de se défendre par la légitime défense dans son lieu de résidence. 

 

L’Amérique est un pays violent et la disponibilité généralisée des armes à feu est juste un symptôme de cette violence inhérente. Les armes peuvent être disponibles, mais les gens doivent être là, prêts à les acheter et les utiliser. Éliminez cette volonté et vous guérirez de la maladie. Avant de le dire – oui, il y aura toujours le solitaire qui trouvera à tout prix le moyen d’obtenir une arme.

Il n’y a pas de raisons ni d’excuses pour justifier ces meurtres, seulement des explications. C’est un état d’esprit violent et suprématiste, renforcé par une politique de droite, qui parcourt le pays, unifiant les États dans un sentiment d’isolationnisme et usurpant la conviction qu’il n’ya qu’une seule grandeur et qui de nature américaine. C’est une conviction que l’Amérique a toutes les réponses, héberge tous les rêves – de préférence des rêves blancs qui ne devraient pas recevoir de menaces extérieures.

Donald Trump a la réponse: moins d’immigration, donc moins d’immigrés tués dans les rues américaines. La construction du mur est justifiée comme étant une mesure de sécurité plutôt qu’une répression.

Aucun parti, aucun politicien n’a osé considérer que les Américains pouraient être fondamentalement violents. C’est un trait qui ne peut évidemment pas s’appliquer à l’ensemble du pays, mais rien ne peut s’appliquer à toute l’Amérique car, malgré les belles paroles de Donald Trump, l’Amérique reste ancrée dans la profondeur insurmontable de son hétérogénéité qui s’est transformée en une ségrégation économique et sociale. En prétendant que les Américains soient violents, de quels Américains s’agit-il? Ceux des communautés marginalisées qui utilisent les armes à feu qu’ils ont obtenues ou ceux des quartiers plus riches qui possèdent une arme à feu “au cas où?” 

Pour Haily Jordan, interdire l’accès aux armes à feu entraverait son programme scolaire en menaçant son équipe de ball trap. Comme beaucoup d’autres aux États-Unis, elle est dupe du confinement et de la distillation de la violence armée au sein de communautés marginalisées. La violence quotidienne passe inaperçue et n’attire l’attention qu’après les terribles massacres. Mais compte tenu du nombre d’armes à feu présentes dans les ménages américains, la violence que nous déplorons tous pourrait être bien pire qu’elle ne l’est.