Huawei – Réseau 5G Ou Réseau Cinglé?

Huawei

Je ne savais pas que je portais une bombe à retardement dans la poche de mon pantalon. Il s’agit d’un Huawei P9, un petit téléphone intelligent dont les fabricants ont le potentiel de causer beaucoup de problèmes pour beaucoup d’entre nous.

 

Huawei

Révolu, le temps où nous devions téléphoner à Nice au boucher du coin pour prendre rendez-vous avec ma grand-mère afin de pouvoir lui parler au téléphone à 18 heures précises. Elle arrivait toujours avec 20 minutes de retard, suite aux hurlements du boucher, “Madame Trona, c’est Londres!”

Quand la maison de ma grand-mère fut enfin connectée au réseau téléphonique de la Ve République, je lui demandais l’heure en plaisantant, sachant que la pendule accrochée dans la cuisine subissait un décalage d’une heure et vingt minutes entre Paris et Londres.

“Il est six heures chez-moi. Et chez-toi,” lui dis-je?

“Il est six heures moins vingt,” répondait-elle naïvement. Quelque chose n’allait pas, bien sûr. C’était ou la pendule ou ma grand-mère, mais je les aimais toutes les deux.

 

Je suppose que la pire chose qui puisse arriver au propriétaire d’un téléphone portable est de ne pas recevoir d’appel téléphonique.

 

 

Huawei

De nos jours, nos tout petits portables contiennent une horloge atomique et sont devenus une partie intégrale de ce que nous sommes et de ce que nous faisons. Incapables de nous souvenir de nos prénoms sans taper sur le “Moi” de l’application marquée “Contacts,” nous sommes totalement dépendants d’un appareil nous permettant d’ouvrir nos comptes bancaires et fermer nos portes de garage.

Nous avons des applications qui nous indiquent l’heure dans 30 villes différentes, la météo de notre jardin lorsque nous sommes à l’étranger et, si nous sommes solitaires, une application qui peut simuler un appel. J’adore cette dernière car elle reflète la manière insidieuse avec laquelle le téléphone portable moderne nous rend tous plus seuls qu’avant.

Je suppose que la pire chose qui puisse arriver au propriétaire d’un téléphone portable est de ne pas recevoir d’appel téléphonique.

Mais comme notre estime de soi augmente lorsque nous recevons cet appel téléphonique alors que nous sommes assis dans un wagon bondé. Comme le volume de notre voix augmente d’au moins 50 décibels dans une tentative vaine de dire à tout le wagon que nous sommes la personne la plus importante au monde. La conversation peut-elle attendre jusqu’à notre retour à la maison? Non, nous sommes trop importants pour cela. Déranger les autres est plus que justifié. Mais ce qui me contrarie le plus, c’est d’être obligé d’écouter la moitié de la conversation et de laisser à mon imaginaire ce que dit l’autre, que ce soit un appel bidon sans interlocuteur, ou une conversation avec l’horloge parlante.

 

“Je suis dans le train,” crie-t-elle. Au moins, pensais-je, nous avons tous les deux quelque chose en commun.

 

 

Huawei

Assis dans le métro et lisant les dernières pages d’un thriller, mon esprit devient soudainement obsédé par l’adolescente ultra-maquillée, assise en face de moi, vêtue d’une mini-jupe qui tente désespérément de s’évader de ses jambes. Elle répond à ce jingle redoutable qui retentit de son iPhone qu’elle a payé beaucoup trop cher. C’est autre chose que j’ai oubliée de mentionner: pourquoi les jingles affreux qui font sursauter?

“Je suis dans le train,” crie-t-elle. Au moins, pensais-je, nous avons tous les deux quelque chose en commun. Mais soudain, la situation se complique et la fin de mon thriller devra attendre. “Non, je ne peux pas,” crie-t-elle, suivi de “vraiment?” Je deviens obsédé, non pas par les problèmes qu’elle rencontre avec les deux centimètres carrés qu’elle a payés 20 euros chez H&M, mais par sa conversation. Qu’est-ce qui se passe? Est-ce qu’il l’a plaquée? Peut-elle ne plus vivre avec lui? Est-ce qu’il la trompe? Le chat est-il enfermé dehors? Je me pose autant de questions qu’il y a de réponses et cela devient vite exaspérant.

 

Le vrai problème est que, à part Huawei, personne n’a le savoir-faire pour fabriquer la 5G et l’installer à moindre coût.

 

 

Aujourd’hui, nous sommes confrontés à un autre danger émanant de nos téléphones portables. Ce ne sont pas les appareils eux-mêmes qui posent problème, mais une entreprise qui ne possède que quelques téléphones portables et qui veut s’approprier le réseau mondial.

 

Huawei

Si vous trouvez que les Russes nous ont fait peur en enduisant du bicarbonate de soude sur quelques portes au Royaume de sa Gracieuse Majesté, ce n’est rien comparé à la menace du dragon chinois Huawei qui désire tordre nos lignes téléphoniques avec ses baguettes. Les révélations faites par le Daily Telegraph concernaient la décision du Conseil National de Sécurité britannique d’autoriser Huawei à participer à l’élaboration du réseau 5G au Royaume-Uni, malgré les avertissements des États-Unis selon lesquels la Chine pourrait potentiellement obtenir un accès non autorisé au réseau et collecter des informations précieuses. Comme si les Chinois voulaient infiltrer nos réseaux et, de toute façon, ils pourront au moins m’envoyer les transcrits de la conversation que j’ai à moitié entendue dans le train.

Mais qu’est-ce que la 5G, pourquoi en avons-nous besoin et pourquoi ne pouvons-nous pas la fabriquer nous-mêmes?

Selon les experts, la 5G est la prochaine génération de réseau sans laquelle nous ne pourrons pas vivre. Beaucoup plus rapide que le réseau 4G existant, la 5G permettra à plus d’appareils que jamais d’encombrer les lignes et vous donnera les réponses avant que vous ne posiez les questions. Tout cela me rappelle la révolution chez McDonald’s avec l’introduction du service express à emporter. Votre hamburger devait être préparé, mâché, avalé et régurgité avant que vous n’ayez le temps de taper le code de votre carte bleue à la caisse. La révolution avait pour but de produire plus d’adolescents obèses que jamais auparavant – et cela a fonctionné.

 

Le vrai problème est que, à part Huawei, personne n’a le savoir-faire pour fabriquer la 5G et l’installer à moindre coût. Nous devrons peut-être simplement accepter que Huawei a défini les normes pour la 5G de la même manière que Google et Microsoft pour les moteurs de recherche et l’ordinateur, respectivement. Le groupe de télécommunications néerlandais, KPN, semble être réticent à l’idée de laisser les Chinois entrer dans leur réseau. Bien que l’expertise de Huawei en matière de configuration d’antennes et de stations de base (centres de communication sans fil) n’est pas exclue, KPN ne compte pas pour autant donner à Huawei l’accès à ses composants plus centralisés et à ses banques de données. Cette ambivalence ressemble à la position du Royaume-Uni et ignorerait également les avertissements américains. Seul l’avenir dira ce qui va finalement se passer et si la politique n’a pas le dernier sms, l’argent prévaudra certainement.

N’est-il pas temps que l’Union européenne cesse de parler de fédéralisme politique pour se concentrer sur la compétence technologique?

En attendant, il doit y avoir un endroit tranquille quelque part, où je peux terminer de lire mon thriller en paix.

 

huawei

 

mm

gskaye